HISTORIQUE

 

  Retour au sommaire                                                                    Page suivante

HISTORIQUE CONTACTS LE CONSEIL MUNICIPAL  SCOLAIRE/JEUNESSE MARCHÉS PUBLICS ESPACE CITOYENS
LE PERSONNEL COMMUNAL ESPACE ASSOCIATION DEMARCHES ADMINISTRATIVES WEBMASTER PLAN DU SITE ACTUALITÉ

 

Historique - La population de Saint Clair de la Tour 

 

Saint Clair de la Tour aujourd’hui   

 

                

histor13.gif (26773 octets)

 La commune de Saint Clair de la Tour se situe à l’Est de La Tour du Pin chef lieu de canton et Sous-Préfecture. Son centre ville s’est développé autour du carrefour de la RN 516, reliant La Tour du Pin à la Savoie et l’Ain, avec deux routes départementales le CD 2 reliant la RN 516 par St Didier de la Tour et le CD 145 reliant le canton de La Tour du Pin au canton de Morestel. Elle possède à l’instar des autres communes du canton une configuration très vallonnée avec cinq hameaux en plateau (le Plateau, Dussin, Charpenay, Mauchamp et Bellefontaine), le Village dans la vallée donne une variation d’altitude de 320 à 420 mètres soit un dénivelé de 100 mètres, sa superficie est de 923 hectares. Avec ses 2 712 habitants, Saint Clair de la Tour se trouve être la seconde ville de par sa population du canton, ce qui lui donne un caractère semi-urbain.

(voir plan)

wpe2B.jpg (8108 octets)

 

 

Historique

 Sans émettre la prétention de raconter des histoires, nous pouvons cependant croire, sans crainte de nous tromper, que notre territoire était habité dès l'époque Gallo-Romaine. La grande voie du nord des Alpes dite "Via Agrippa" que les Romains tracèrent entre Aoste l'Italienne et Lyon, la seule carrossable, passait sur notre commune par Bellefontaine puis Passeron, là ou fut trouvé la Borne Milliaire (mille pas), classée monument historique et actuellement scellée au mur de l'Église. Les découvertes faites à Passeron, de large dalles de mollasse, une mosaïque, des poteries vinaires et des restes d'activités agricoles sont de précieuses traces qui révèlent qu'il y avait à proximité une station de relais, ou tout au moins un ensemble de villas.

Au 13ème siècle, nous trouvons mention de la paroisse de « Saint Clairis de Terré » dont l’église est celle construite près du château fort de la baronnie de La Tour du Pin sur le plateau de la Croix d’Évieu. Notre communauté St Clairoise originelle était donc installée au lieu dit « Le Plateau » près de l’actuel cimetière de La Tour du Pin.

  Au 18ème siècle en 1773, la révolution oblige ; le Conseil révolutionnaire décide de supprimer « Saint » pour appeler la commune « Mont Clair ». En ce temps là, la commune comprend les hameaux de : Vion, Mauchamp, Charpenay, Dussin, le Plateau, la Croix d’Évieu, la Combe de Bièze (qui est un marais, cette combe va de Combécot aux limites de la Tour, pont et route de la Chapelle actuels). Le hameau du Petit Martinet n’existe pas. D’abord appelé « Grand Martinet », avant la construction de la sucrerie BERGER, ensuite appelé « Petit Martinet » en raison des petits ateliers de taillanderie qui se seront installés sur le canal Mouturier pour profiter de l’énergie par les roues à aube actionnées par l’eau du canal.

  En 1794, la réunion du Comité Municipal de la commune, présidé par le Maire PASCAL, le lundi 7 pluviose de l’an III de la république à la maison commune de la Croix d’Évieu, décide que la paroisse reprendra son ancien nom en le modifiant quelque peu en « Saint Clair de la Tour ». 

La Tour étant bâtisse de la maison forte de la Croix d’Évieu où son installés les services administratifs (Mairie, Église).

  Au 19ème siècle en 1846, le projet d’une route LA TOUR DU PIN – AOSTE par LA BÂTIE MONGASCON entraîne l’assèchement du marais par le creusement de la Bourbre. Cette décision n’est certainement pas étrangère aux graves inondations de la Tour du Pin de 1856. Les rats installés dans les marais de Bièze en amont de la place actuelle de St Clair se réfugient sur le Côteau et la Combe de Bellefontaine. Après l’inondation, ils pulluleront la zone de la pharmacie actuelle, le chemin de Faverges et y resteront. Le quartier deviendra « Ratassière ».

  En 1850, l’Église de la Baronnie au Plateau est démolie pour être reconstruite à Ratassière, premier élément du village actuel.

 

  En 1870, St Clair de la Tour compte déjà 1 102 habitants et possède une superficie de 502 hectares.

  En 1879, la Mairie et l’École de garçons sont installés dans la pharmacie actuelle, une école de filles sur la route nationale vers le brocanteur. Les locaux seront ensuite revendus pour l’habitation et la construction d’une usine de tulle.  

  En 1880, ce fut l’implantation et la construction de l’Église, de la Mairie (actuelle) et du groupe scolaire (actuel).

  En 1905, la Mairie et le groupe scolaire furent inaugurés le 6 Août 1905.

  Cette époque est marquée par l’industrialisation de la Vallée (raffineries de sucre, minoteries, travail du bois, du tulle, de la soie et du chanvre).

  À la fin du 20ème siècle, des petits ateliers familiaux il ne reste pas grand chose si ce n’est qu’un bruyant souvenir. Des grosses unités seules les usines HUMBERT devenue Maille des Buissières et DICKSON recentrée sur de l’enduction et récemment passée sous la coupe du groupe américain GLEN RAVEN MILLS se sont maintenues, adaptées et développées à l’économie moderne.

                     

Haut de page

 

 La population de Saint Clair de la Tour 

(Source : Insee, recensements de la population, situation en 2000)

L'année 2000 aura été celle des bébés et des mariages. Les naissances ont augmenté de 4%. Cette hausse, peut être imputable à l'effet bébé de l'an 2000, prolonge celle des deux années précédentes. La France est ainsi le pays de l'Union européenne où la natalité a le plus progressé devant l'Italie et l'Irlande ; en Allemagne, au Royaume-Uni et en Finlande, le nombre de naissances a au contraire diminué. L'âge moyen à la maternité se stabilise autour de 29,6 ans.

En 2000, le nombre de mariages enregistrés approche les 290 000. Même la hausse des mariages de 1996 et 1997, à la suite du changement d'imposition des parents non mariés n'avait pas permis d'atteindre un niveau aussi élevé.

La mortalité recule cette année encore. Le nombre de décès, en 2000, est estimé à 532 000 soit un peu moins qu'en 1999 : -0,7%. C'est légèrement plus rapide qu'un sein de l'Union européenne où le recul n'est que de 0,4%. Compte tenu de l'accroissement et du vieillissement de la population, si les conditions de mortalité de 2000 avaient été identiques à celles de 1999, près de 7 000 décès supplémentaires auraient été dénombrés. La baisse du nombre de décès traduit donc un recul encore plus net de la mortalité. L'espérance de vie à la naissance a gagné trois mois et demi en un an. Pour 2000, elle est estimée à 75,2 années pour les hommes et 82,7 années pour les femmes.

 

 

Indice  base 100 en 1984

En 2000, les femmes habitant la commune ont donné naissance à 31 bébés 

(14 garçons et 17 filles), soit 0,2% des naissances du département.

 

La comparaison des périodes 1998-2000 et 1985-1987, fait apparaître une stabilité de la natalité. 

Pour l'agglomération, la tendance est à la baisse.

La part des naissances hors mariage en 2000 est de 45,2% dans la commune, 36,8% pour le département et de 42,6% pour la France métropolitaine. Lors de leur accouchement, les mamans résidant dans la commune avaient un âge moyen proche de 31 ans.

En 2000, 21 habitants de la commune sont décédés (12 hommes et 9 femmes).

La comparaison des périodes 1998-2000 et 1985-1987, fait apparaître une baisse de 6,6% de la mortalité. Pour l'agglomération, la tendance est à la baisse. Entre ces deux périodes, l'âge moyen des défunts de la commune est passé de 66,1 à 71,1 ans.

Les personnes de plus de 75 ans représentent 57,1% des décès de la commune. 66,1% des décès de personnes résidant dans la commune sont survenus en milieu hospitalier. La majorité des décès domiciliés sont survenus hors de la commune.

En 2000, la commune a enregistré 16 mariages.

La comparaison des périodes 1998-2000 et 1985-1987, fait apparaître une hausse de 16,1% de la nuptialité. Pour l'agglomération, la tendance est à la hausse.

L'âge moyen des épouses de la commune est proche de 33 ans, celui des époux de 37 ans.

Haut de page

 

 

Saint Clair de la Tour aujourd’hui

 

 

 

La Communauté de Communes

« LES VALLONS DE LA TOUR DU PIN »

La CCVTP possède un site internet : www.ccvtp.fr.

Riche en contenu, il est à la fois une vitrine pour présenter les missions de la Communauté de Communes

« les Vallons de la Tour du Pin » (CCVTP)

mais aussi et surtout un outil de documentation pour les citoyens.

Vous y trouverez les rubriques et informations liées aux missions de la CCVTP :

développement économique, environnement, eau et assainissement, culture et social...

 

PRÉSENTATION

Créée le 2 octobre 2000 pour succéder au District Urbain de la Tour du Pin (créé en 1960), la Communauté de Communes Les Vallons de la Tour du Pin (CCVTP) regroupe 9 communes associées depuis de nombreuses années pour réaliser un projet commun.

La CCVTP en chiffres :
-  9 communes
-  23 000 habitants
-  9 km²

UN TERRITOIRE COMPOSÉ DE 9 COMMUNES

Aujourd’hui la Communauté de Communes les Vallons de la Tour du Pin compte 9 communes et pratiquement 23 000 habitants :

-  Cessieu (2 629 hab)
-  Dolomieu (2 838 hab)
-  Faverges de la Tour (1 288 hab)
-  La Chapelle de la Tour (1528 hab)
-  La Tour du Pin (7 200 hab)
-  Rochetoirin (882 hab)
-  Saint Clair de la Tour (2 712 hab)
-  Saint Didier de la Tour (1 661 hab)
-  Saint Jean de Soudain (1 321 hab)

 

SITUATION

Située au Nord du département de l’Isère, dans le Bas Dauphiné, la Communauté de Communes « Les Vallons de la Tour du Pin » bénéficie d’une position stratégique, au confluent des grandes voies de communication (A 43, nationale 6, réseau ferré de France et futures infrastructures LGV et frêt) la plaçant ainsi à moins de 45 minutes de Grenoble, de Lyon et de Chambéry, et à 20 minutes de l’aéroport Saint Exupéry.

Les principales compétences de la Communauté de Communes :

         ■ Développement Territorial

         ■ Eau potable

         ■ Aménagements hydrauliques

         ■ Voierie d’intérêt communautaire

         ■ Environnement

         ■ Vie associative, festive et sportive

         ■ Vie culturelle, scolaire et sociale

         ■ Aménagement de l’espace communautaire

         ■ Assistance aux communes

 

Cessieu

Dolomieu

Faverges de la Tour

La Chapelle de la Tour

La Tour du Pin

Rochetoirin

Saint Clair de la Tour

Saint Didier de la Tour

Saint Jean de Soudain

Communauté de Communes « Les Vallons de la Tour du Pin »
22, rue de l’Hôtel de Ville
38110 LA TOUR DU PIN

 

Horaires d’ouverture au public 


Lundi au jeudi     8 h 00 - 12 h 00 et 13 h 30 - 17 h 30

 
Vendredi     8 h 00 - 12 h 00 et 13 h 30 - 16 h 30


Tel : 04.74.97.05.79       Fax : 04.74.97.47.54       
Email : secretariat@ccvtp.fr

 

Les élus de la commune à la Communauté de Communes :

 

         Monsieur GUILLAUD, Vice Président

            et Responsable de la Commission Vie Associatif,

         Madame GARNIER,     

        Monsieur BLANC,

         Monsieur RABATEL,

        Madame SOULIER

 

        Délégué suppléant : Monsieur PERICAS

    Haut de page